Comparez les tarifs

Réservez votre séjour

Au meilleur prix en direct par notre site

Moteur de réservation

Réservez en direct au meilleur prix





powered by novaresa

L’origine du quartier

LES DUNES D’ AÏCE ERROTA, « la nouvelle ville balnéaire »

En 1880, sous l’impulsion de la municipalité, Saint Jean de Luz ce métamorphose en ville balnéaire. C’est dans se contexte que les dunes d’Aïce Errota, où se trouvait jadis un moulin à vent (en basque Haize errota) sont transformées en lotissement. Ces terres incultes deviendront la « nouvelle ville balnéaire » promet le promoteur.

Et en 1884, est créé le plus ancien lotissement de la Côte Basque, le lotissement AÏCE ERROTA, avec vue sur la mer, la vieille ville et les montagnes, avec ses avenues arborées, son réseau d’assainissement, son éclairage public au gaz.

Les premières villas apparaissent dans les années 1890 et s’intensifient au début du XXe siècle.

LES VILLAS

« Artzaïn-Chola » « Goëlands et Goélettes »

En 1906 sont édifiées ces 3 maisons que forment actuellement l’Hôtel LES GOELANDS

  1. les villas accolées Aitze Eder (« Beau Vent ») et Toki Eder (« Bel Endroit »), rapidement rebaptisées Goélands-Goélettes, commandées par M. Roger, avocat à Vendôme, et Mme Jullien, tous deux domiciliés à Chartres. Les espaces de transition entre intérieur et extérieur rattachent les deux villas à l’architecture de villégiature : balcons et belvédère de la villa Les Goélands, tour-belvédère des Goélettes, tournés vers l’Océan et les Pyrénées.
  2. Dans l’entre-deux-guerres, à l’apogée du régionalisme architectural, les façades des deux villas sont néo-basquisées par l’adjonction de faux pans de bois, inspirés de l’habitation vernaculaire de la province du Labourd.

Monsieur BERGER, fait construire son chalet Artzain Chola (« La Cabane du Berger »), dont le nom basque joue avec son patronyme, artzain signifiant « berger ». Les pans de bois obliques de la façade principale, rares dans l’habitation basque, sont empruntés aux styles néo-normand et anglo-normand.

La saga BERNARD, 3 générations d’hôteliers

DE LA PENSION DE FAMILLE, A L’HÔTEL-VILLA LES GOELANDS

Ma grand-mère (amatxi en basque – prononcé amatchi ) Geneviève BERNARD

En 1935, Amatxi, originaire de Lorraine, achète la villa Les Goélands et ouvre une pension de famille comme il en existait naguère aux Goélettes. 2 ans plus tard elle achète la villa Les Goélettes pour agrandir la pension

Durant la 2ème guerre mondiale, la pension de famille est réquisitionnée pour y loger les soldats allemands. Au même moment, le Docteur DARRICAU loue la villa Artzaïn Chola pour y installer la première clinique de Saint Jean de Luz. Le docteur-résistant a hébergé plusieurs  faux malades (pilotes anglais …) et a transformé le garage en bloc opératoire pour soigner les résistants blessés au nez et à la barbe des allemands.

 

Après guerre, durant la saison touristique, qui s’étale sur six mois de l’année, d’autres villas voisines, Sea Shell et Errota, servent d’annexes à la pension de famille de 1ère ordre qui se transforme en hôtel**.

Elle invente sans le savoir le concept Airbnb en louant des chambres dans les maisons du quartiers pour les relouer aux touristes

Mes parents Jean-Michel et Annie BERNARD

En 1962, mes parents, agrandissent l’hôtel en achetant la villa Artzaïn Chola. L’architecte Amédée ARAGON est chargé de transformer le chalet en hôtel.

Durant plusieurs années Jean-Mi. et Annie gèreront l’hôtel pension Hôtel-Villa LES GOELANDS et ses annexes, en passant de ** à *** .

Ils recevront saison après saison de grandes familles parisiennes ou du nord. Leurs enfants auront le plaisir de retrouver chaque été les enfants des clients. On se souviendra des méchouis organisés sur les flans de la Rhûne et des concours de ping-pong.

Mon épouse Cathy  et  moi-même Pampi BERNARD

Nous , reprenons le flambeau à la fin des années 90. Nous avons fait évoluer notre hôtel et continuons à l’améliorer pour qu’il corresponde aux besoins des clients du XXIe siècle, sans se dévoyer de l’esprit qui a toujours fait la renommée « des Goélands » : le charme de l’ambiance « pension de famille » associé au caractères si particulier de ces maisons de villégiatures.

C’est dans cette logique que nous avons été précurseurs dès l’an 2000, en développant une démarche écologique. Nous sommes 1 des 6 premiers hôtels CLEF VERTE en France et restons fidèleS à ce label depuis plus de 15 ans

Et avec vous l’aventure continue …